background reglementation

Pourquoi mettre des pneus hiver ?

Pourquoi s’équiper en conditions hivernales ?

carousel produit pilot alpin 5

La sécurité en hiver

Pour les automobilistes, la neige et la glace sont les plus gros dangers de l’hiver. Pourtant 9 accidents sur 10** se produisent sur routes sèches ou mouillées, et non sur des routes enneigées ou verglacées.

La neige est donc un vecteur de risque, mais il en existe d’autres. Même en hiver, près de 9 incidents sur 10** surviennent sur une route en ligne droite.

**Institut de Recherche des Accidents de la Route (VUFO) - Université de Dresden : 12 000 accidents analysés sur une moyenne de 12 ans.

Comment l’expliquer ? Tout est une question d’attention. En effet, les conducteurs se montrent bien plus vigilants dans les virages en tête d’épingle et les sorties de courbes aveugles. Mais sur les lignes droites en ville, avec une bonne visibilité sur la circulation, l’attention se relâche. Et, dans ces zones urbaines, le nombre d’accidents augmente fortement.

Dans ces conditions, le pneu joue un rôle encore plus important, c’est pourquoi il est indispensable de bien s’équiper en fonction de votre usage en hiver avec des pneus hiver ou 4 saisons.

Pourquoi mettre des pneus certifiés 3PMSF lorsque la température chute ?

Il existe de nombreuses raisons justifiant de mettre des pneus adaptés (hiver ou 4 saisons) lorsque la température commence à chuter.

Si le marquage 3PMSF est une garantie de sécurité et de mobilité sur neige, les pneus disposant de ce marquage sont également conçus pour être performant sur des sols froids et glissants qu’ils soient mouillés ou verglacés.

En dessous de 7°C, un pneumatique certifié hiver (marquages M+S et/ou 3PMSF) offre plus de sécurité et réduit les distances de freinage par rapport à un pneu été sur sol mouillé, enneigé ou verglacé.

3pmsf Tyre

Trouvez le bon pneu MICHELIN

MENTIONS LÉGALES

* 3PMSF : 3 Peak Mountain Snow Flake, certification hiver.

** Institut de Recherche des Accidents de la Route (VUFO) - Université de Dresden : 12 000 accidents analysés sur une moyenne de 12 ans.